Une production moins régionale n'est pas durable

Par Roman Mazzotta, président national de Syngenta Suisse

Les consommateurs veulent des aliments régionaux à des prix raisonnables. Ce point est généralement ignoré par les défenseurs des deux initiatives agricoles. Les conséquences sur les prix de l'initiative sur l'eau potable et de l'initiative sur l'interdiction des pesticides sont supprimées. Le fait est que les deux initiatives réduisent massivement la production agricole régionale en Suisse.

Syngenta__5322 (1)-1

L'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique sont toutes deux concernées. Les deux formes de production utilisent des pesticides pour protéger les cultures. Concrètement, le fait de ne pas utiliser de pesticides réduit les rendements de 40 % en moyenne. Dans le cas des fruits, des légumes, des pommes de terre et de la viticulture, une perte totale de récolte peut survenir en fonction de l'année et du temps. Les pesticides protègent également les personnes : en tant que produits de protection des cultures, par exemple contre les toxines de moisissures hautement toxiques (mycotoxines), et en tant que biocides (désinfectants et pesticides), par exemple contre les intoxications alimentaires.

Les conséquences pour la population sont claires : la qualité et la sécurité alimentaire diminuent et les prix des produits régionaux augmentent. Le professeur Mathias Binswanger de l'Université des sciences appliquées du Nord-Ouest de la Suisse a récemment confirmé les augmentations de prix. En effet, la pression sur les prix des produits régionaux est également antisociale, car tous les ménages suisses ne peuvent pas facilement se permettre de payer des prix alimentaires plus élevés.

Ces initiatives donnent une vision de l'agriculture telle qu'elle était à l'époque de Gotthelf. Cependant, la glorification d'un passé lointain n'a jamais été utile pour faire face à l'avenir. Le progrès technologique dans l'agriculture, et cela inclut les produits phytopharmaceutiques, a apporté d'énormes avantages à notre société. Nous apprécions tous la grande qualité de la nourriture régionale proposée. 

L'exigence selon laquelle l'agriculture suisse devrait renoncer à la protection de ses récoltes est incompréhensible. Le modèle propagé de culture sans aides modernes ignore complètement les aspects sociaux et économiques et suppose que les agriculteurs ont un sens insuffisant de la responsabilité écologique. Elle ne répond pas non plus à la demande de la population, qui souhaite bénéficier d'une sécurité d'approvisionnement en denrées alimentaires locales aussi élevée que possible.

Le modèle des initiateurs présente des faiblesses fondamentales

En ce qui concerne la Suisse, le modèle de "réduction de la production agricole" est, tout compte fait, dommageable pour l'environnement. Agroscope, l'institut fédéral de recherche agronomique, l'a démontré dans plusieurs études. L'agriculture improductive entraîne une augmentation des importations et laisse moins de terres libres pour la biodiversité. Les deux initiatives sont donc contre-productives d'un point de vue environnemental et climatique.

À l'échelle mondiale, l'impact du modèle de "réduction de la production agricole" est encore plus grave. D'ici 2050, environ 10 milliards de personnes devront être nourries. Selon l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), cela ne sera possible que si la productivité agricole augmente d'environ 50 %.

Est-il vraiment juste que la Suisse dépende d'une agriculture moins productive et d'importations inévitablement croissantes alors que le monde entier aura besoin de plus de ressources à l'avenir ? La Suisse, avec ses bons sols et ses agriculteurs bien formés, dispose des meilleures conditions, mais aussi de la responsabilité sociale d'apporter sa contribution à la sécurité alimentaire.

Une contribution importante est également apportée par le secteur de la recherche, qui se concentre sur les innovations en matière de sélection des semences, de produits phytosanitaires, de technologies d'application et de numérisation de l'agriculture. Pour atteindre les objectifs alimentaires mondiaux, promouvoir la biodiversité et, dans le même temps, protéger le climat et l'environnement, l'agriculture doit être en mesure de tirer parti des possibilités technologiques qui s'offrent à elle. Il ne s'agit pas de biologique ou de conventionnel. Pour assurer la sécurité alimentaire locale, il faut combiner toutes les formes de culture et innover dans tous les domaines.

 

La guerre de tranchées idéologique ne mène pas à l'objectif

De nombreux produits phytosanitaires sont également approuvés pour une utilisation en agriculture biologique. L'objectif est de trouver la meilleure solution pour chaque menace pesant sur les cultures agricoles. Cela nécessite également une coopération intensive entre les universités, les entreprises agricoles axées sur la recherche, l'agriculture, les transformateurs et les organisations non gouvernementales. La guerre de tranchées idéologique ne mènera pas au but. Ce qu'il faut, c'est plus de coopération et moins d'opposition.

L'argument selon lequel Syngenta souhaite simplement vendre des quantités toujours plus importantes de produits phytosanitaires est faux. Selon les statistiques de vente fédérales, environ 40 % de produits phytosanitaires en moins ont été vendus pour l'agriculture conventionnelle au cours des dix dernières années. Le potentiel de risque des produits vendus pour la culture conventionnelle a également diminué de manière évidente.

Les agriculteurs savent exactement ce dont ils ont besoin et ce qu'ils veulent - et ce qu'ils ne veulent pas. Nos conseillers commerciaux sont à leurs côtés tout au long de la saison de culture. Ils rendent visite aux agriculteurs sur l'exploitation et ne perçoivent pas leur salaire sur la base d'une commission. La rémunération est indépendante du volume des ventes.

 

Le changement climatique appelle aussi des solutions innovantes

Syngenta veut des solutions innovantes. À Stein, en Argovie, notre entreprise dispose d'un centre de recherche qui donne des impulsions bien au-delà de la Suisse. Un grand nombre de nos nouvelles solutions sont développées, formulées et produites sur les sites de l'entreprise à Münchwilen, Muttenz et Monthey, en collaboration avec un large éventail de partenaires locaux de l'industrie chimique. Il est important de rappeler qu'il faut environ dix ans pour développer un nouveau produit phytosanitaire. Nous travaillons donc déjà à des solutions pour l'agriculture durable du futur - après 2030. Et cette agriculture doit préserver les ressources et être attractive pour les agriculteurs.

Notre responsabilité consiste à mettre sur le marché des produits innovants qui combattent les maladies et les parasites des plantes de manière ciblée, qui sont compatibles avec l'environnement et qui garantissent en même temps la productivité de l'agriculture - en particulier dans le contexte du changement climatique. C'est pourquoi, en tant que société de recherche ayant ses racines en Suisse, nous nous engageons en faveur de la Suisse en tant que lieu d'innovation avec un horizon à long terme et préconisons des conditions cadres fiables.

Les deux initiatives agricoles rétrogrades n'offrent aucune réponse aux défis auxquels les agriculteurs sont confrontés dans la production de nos aliments, et certainement aucune solution durable. Dans ce cas, durable signifie : produit localement, écologiquement ainsi qu'économiquement responsable par nos agriculteurs. Ils doivent continuer à disposer de tous les outils nécessaires pour utiliser efficacement toutes les ressources.